Menu

14. Faire une carte multimédias

Un bon dessin vaut mieux qu’un long discours. L’adage s’applique particulièrement bien au web. Grâce à des interfaces simples, toutes les ressources de la géolocalisation peuvent se mettre au service de l’information. Sans être un grand expert de la technique.

La géolocalisation, nouvelle dimension de l’information.

Si le web a gagné sa place dans la hiérarchie des médias,il le doit sans doute à sa capacité à traduire instantanément une information dans l’environnement direct de l’internaute, de manière interactive. Cette troisième dimension de l’information, appelée aussi réalité augmentée, produit une information supplémentaire. Et ceci, en temps réel, grâce à la mutation de nos objets quotidiens. En effet, nos ordinateurs, nos téléphones, nos voitures ou encore les transports en commun, tous ces objets se sont transformés en émetteur d’information, capables de livrer en direct leurs données de localisation.

En soi, cette donnée de la géolocalisation n’a pas forcément d’intérêt. Mais agrégée à une multitude d’autres données de même type, elle permet de :

  • Quantifier des mouvements (quels sont les flux de voyageurs à l’échelle d’une métropole ?).
  • Faire apparaître un paysage d’informations (quels sont les maternités les plus performantes ?).
  • Produire des cartes géographiques pertinentes (où sont les meilleurs restaurants de la ville ?).
  • Visualiser des hypothèses de causalité (les communes les plus riches ont-elles un vote conservateur ou progressiste ?).

D’une manière générale, la visualisation de ces données peut prendre une multitude de formes : time-line (pour une chronologie), tableau en X pour indiquer des tendances, infographies diverses et carte multimédias.

Comment visualiser l’information

Une carte multimédia peut se définir comme une carte ordinaire permettant d’intégrer des données associées (sons, images, données de géolocalisation). Pour ne pas se tromper dans l’usage de la cartographie en ligne, il faut d’abord être certain de la fiabilité des informations recueillies. En d’autres termes, soit les informations proviennent d’une source « officielle » (ONG, gouvernement, entreprise) ayant une vraie légitimité à les recueillir et une certaine crédibilité, soit elles proviennent d’une opération de crowd sourcing  et il faut alors les fiabiliser.

Dans les deux cas, il est important de les vérifier. Attention à ne pas tomber dans l’excès de technophilie : l’usage d’une cartographie en ligne doit toujours se justifier par l’information qu’elle véhicule.

Le service Google map

Sans être fan des fonctionnalités du moteur de recherche, reconnaissons à Google d’avoir inventé un outil à la fois simple et très efficace.Google Map permet à n’importe quel néophyte de produire facilement une carte multimédia, avec de nombreuses données. Pour cela, il suffit d’avoir un compte Gmail et de suivre le tutoriel de cette interface. Attention, au cas où vous auriez une masse de données importante à intégrer dans une carte, car Google alors vous proposera d’acheter son service. Sinon, votre « map » sera bloquée.