Menu

16. Orchestrer la conversation sur un événement

Chaque individu ayant la capacité d’être un émetteur d’informations, le rôle du journaliste revient de plus en plus souvent à trier, vérifier et hiérarchiser cette masse de données disponibles en permanence sur le web et les réseaux sociaux. En résumé, d’être le chef d’orchestre de l’actualité.

Les outils de la couverture en direct

Si les réseaux sociaux sont une source inépuisable de données, en particulier lorsque l’actualité s’emballe, il devient aussi de plus en plus délicat d’en extraire une information fiable et pertinente. Plusieurs outils peuvent nous y aider :

  • Coveritlive est une interface de dialogue qui permet d’agréger, en direct, les contributions d’une rédaction avec celles de ses lecteurs. Avantage : son usage est très souple, elle s’auto-alimente grâce aux internautes. Inconvénient : elle n’est pas filtrée a priori.
  • Storify est une interface de narration qui permet d’agréger plusieurs sortes de contenus issus des réseaux sociaux, sous l’égide d’un auteur unique. Avantage : elle ordonne les contenus choisis par le journaliste. Inconvénient : elle n’est pas accessible aux internautes.

Dans les deux cas, le principe d’écriture est celui de la « curation ». Autrement dit, il s’agit de passer au tamis la masse des données des réseaux sociaux pour la transformer en information. Ce qui est parfois une gageure, car il faut aussi vérifier des informations qui paraissent douteuses. Dans ce cas, l’aide de la communauté des internautes est précieuse. Par exemple, s’il s’agit de vérifier une présumée bavure commise par des policiers dans une manifestation, on pourra lancer un appel à témoignage sur les réseaux, en parallèle d’une vérification auprès de sources officielles.

De la même façon, s’il s’agit de traiter un débat politique à la télévision, le processus du fact-checking (vérification des faits) est d’une redoutable efficacité. A chaque affirmation d’un homme publique (« Nous avons fait baisser le chômage de 10% en cinq ans »), la rédaction, ses experts associés et les internautes peuvent vérifier la réalité de cette assertion. Et la corriger en direct s’il y a lieu.

Organiser les postes de travail : production, édition et animation

Dans ce genre de dispositif « live », une rédaction doit être strictement organisée. Pour être rapide et efficace, il est indispensable de distinguer :

  • La production : ceux qui prennent en note des propos, cherchent des sources, recoupent un chiffre et finalement valident l’information.
  • L’édition : ceux qui mettent en perspective -et en ligne- cette information et assurent un filtre de correction/vérification après les rédacteurs.
  • L’animation de la communauté : ceux qui répondent aux messages des internautes, trient les informations, scrutent les réseaux sociaux à l’affut d’une piste intéressante.

Un ou plusieurs journalistes occupent chaque fonction, sous la houlette d’un rédacteur en chef qui va coordonner l’ensemble et le rendre lisible en « découpant » la page d’accueil en plusieurs tranches/espaces immédiatement compréhensibles.